Projet culturel

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Service culturel
PDF
Vous êtes ici :

Projet culturelLe projet d'action artistique et culturelle de l'UPPA

Créer les conditions d’une rencontre entre les étudiants et la création artistique contemporaine

Offrir aux étudiants, par l’organisation de projets nombreux et exigeants, la possibilité de rencontrer la création contemporaine en spectacle vivant. En parallèle et pour permettre à chacun de comprendre l’enjeu de la création contemporaine, élargir l’accès aux différentes productions culturelles, passées ou présentes. Enfin, s’attacher à interroger le processus de création, en privilégiant une approche contemporaine et transversale, s’appuyant sur les formes artistiques émergentes. (Cet aspect du projet se décline à la fois dans des dispositifs de programmation, de médiation ou d’accès à d’autres équipements culturels locaux à travers la mise en place de billetteries à tarif étudiant).

Créer les conditions nécessaires au développement et à l’appropriation du projet culturel par la communauté universitaire

Une offre de pratiques artistiques et culturelles riche, exigeante et diversifiée, une intégration réfléchie au schéma culturel, sont deux objectifs fondamentaux du projet culturel de l’UPPA. Mais, ces objectifs sont complétés par une attention réelle aux conditions de développement et d’appréhension du projet par la communauté, ainsi qu’aux dispositifs de communication et de médiation.

Un projet orienté vers la création et la recherche

Avec la salle de concerts - spectacles, le projet d’action artistique et culturelle dispose des moyens nécessaires à la mise en place de projets plus proches des missions de l’Université, autour de la formation, de la création et de la recherche. Cette approche s’illustre dans différents aspects du projet :

  • Associer à l’Université de manière pérenne, des créateurs pour que le dialogue artiste/communauté universitaire devienne plus régulier et plus poussé. Favoriser les résidences de création de compagnies professionnelles sur les différents campus pour permettre à la communauté universitaire d’interroger différents processus de création, dans tous les domaines.
  • S’appuyer sur le potentiel de l’Université : les enseignant-chercheurs et les laboratoires de recherche. En tissant des relations poussées avec les nombreux enseignants chercheurs qui, au sein de différents départements ou laboratoires, nourrissent la réflexion et la connaissance sur l’art, la culture, la science.

Développer et valoriser les initiatives de la communauté, faire de chacun un acteur du projet

Soutenir et valoriser les initiatives culturelles autonomes des étudiants est la suite logique de cette démarche d’appropriation et d’autonomisation des pratiques culturelles. Cet aspect du projet marque également une volonté d’impliquer les membres de la communauté universitaire pour leur redonner les moyens de faire vivre le “lieu-université”.

Ce programme est complété par une forte collaboration avec les autres structures offrant un soutien à ce type de projet: dispositif Cultur’action du CROUS, Défi jeune, fondations d’entreprises, collectivités territoriales.
Un dispositif similaire mais plus léger existe pour accompagner les projets des enseignants-chercheurs et des personnels qui en font la demande.

La place de la diffusion

Renforcer la place de la création et de la recherche dans le projet nous conduit naturellement à réduire la part du budget affectée à la diffusion. Toutefois, l’accès par la diffusion à des projets artistiques nombreux et diversifiés est un élément indispensable d’une pratique artistique, même lorsque celle-ci est axée sur la création.

Aussi, l’université continuera à proposer des projets en diffusion, mais surtout, invitera ses partenaires qui sont déjà nombreux à en avoir fait la demande, à utiliser le studio-scène pour y proposer leurs manifestations.

Les ateliers de création, de recherche et d’intervention

Le projet culturel de l’UPPA s’appuie sur le développement des pratiques artistiques individuelles des étudiants et des personnels car elles constituent un moyen efficace de sensibilisation à l’art, à la culture et à la création. L’UPPA propose ainsi chaque année 5 ateliers de recherche, de création et d’intervention et une vingtaine d’ateliers de pratiques artistiques.

Développer le projet sur tous les sites

En 2005 sur le site de la côte basque c’est, avec la « faculture », un véritable programme d’actions qui voit le jour, autour d’ateliers de pratiques artistiques, de rencontres, de soirées débat et d’un concours inter-universitaire de danse réunissant des étudiants de nombreuses universités françaises et étrangères. 2006 verra les premiers projets de décentralisation de manifestations sur les sites de Mont de Marsan et de Tarbes, avec la décentralisation des expositions organisées sur le campus de Pau et des deux festivals.

Co-production, production et édition

Depuis toujours, en lien avec sa démarche de soutien à la création locale, l’université a accompagné en les produisant et co-produisant des manifestations et projets artistiques. En 2005, l’Université a co-produit en particulier des projets réalisés avec des enseignants dont deux films documentaires et deux ouvrages sur l’art contemporain.

Un projet structurant et dynamique

Ce qui distingue le projet de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour de celui d’autres universités est le rôle structurant du service culturel. Il participe, soutien et coordonne l’ensemble des aspects de la vie culturelle. Toutefois, l’idée n’est pas celle d’un service centralisateur, mais plutôt d’une mise en cohérence des projets et des énergies pour les mener à bien, à travers un accompagnement professionnel de l’ensemble des porteurs de projets. Cette situation n’est possible que grâce à des partenariats nombreux et riches.

Bien sûr ce projet est appelé à évoluer encore dans ses moyens, peut-être dans ses objectifs, c’est d’ailleurs —nous en sommes convaincus— de cette évolution, de cette remise en cause permanente qu’il pourra tirer une légitimité et une cohérence sur le long terme. Il n’est ni figé ni achevé.