Ouverture de saison

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
Service culturel

Agenda

PDF
Vous êtes ici :

Ouverture de saison (campus de Pau)Dans le cadre de la journée sport / culture / santé de l’UPPA

12H30 Cirque actuel : mat culbuto et fil

Parvis du restaurant universitaire Cap Sud - Gratuit

 

Culbuto - Cie Mauvais coton (Ardèche)

De quoi sommes nous capables ?

En vrai, se prouver que c’est possible. Chacun, chacune. Les deux pieds sur mer.

Un homme expérimente ses limites, s’amuse à titiller sa vie, et joue à tenir.

Avec le cœur et les éléments.

A 360°. Avec petits et grands. Tanguer et célébrer l’instant.

Une proposition de doux jeu où il sera question…

D’accepter,

De s’accrocher avec enthousiasme,

D’osciller ensemble sur l’inconnu et d’apprendre à voler ; au cas où …

Un numéro de cirque écrit avec le mât culbuto : une machine unique à l’instabilité chronique.

Une chose est sûre : avec ou sans mal de mer, tout bouge tout le temps.

 

Auteur - Interprète : Vincent Martinez / Mise en scène : Vincent Martinez / Production-Diffusion : Sébastien Lhommeau et Eric Paye / Production : Compagnie Mauvais Coton / Projet soutenu par la Région Rhône-Alpes et le Conseil général de l'Ardèche / Aide à la résidence : La gare à coulisse - Eurre (26), La Cascade - Pôle National des Arts du Cirque - Bourg St Andéol (07), Le CREAC - Pôle Cirque Méditerranée - Marseille (13), Théâtre des Quinconces - Vals les bains (07), La Turbul, fabrique circassienne - Nimes (30)

 

Durée 30 mn

 

 

Mues - Cie Mauvais coton (Ardèche)

Une fable sur la vie et le temps qui passe…

Un personnage entre en scène ; un peu informe comme son bloc d’argile, il se met en mouvement et nous entraine dans un voyage à travers la matière, à travers les âges…

Primitif et brut, il s’attaque à la glaise, la frappe, la martèle, la cogne pour finalement la caresser, la modeler et faire apparaître des formes… une tête, un regard, un corps…

De là ouvrir une voie sur le fil. La pente est là, pas raide mais présente… Elle demande l’effort… Elle appelle le sommet… Y parvenir et se découvrir autre… se transformer…

Cette femme se joue de la matière naturelle, du mouvement animal, du costume et de la mue…

Le spectacle grimpe et glisse sur ce simple fil incliné.

 

Auteurs - Interprètes : Anne-Lise Allard / Mise en scène : Pierre Tallaron / Production - Diffusion : Sébastien Lhommeau et Eric Paye / Production : Compagnie Mauvais Coton / Projet soutenu par la Région Rhône-Alpes et le Conseil général de l'Ardèche  / Aide à la résidence : La gare à coulisse - Eurre (26), La Cascade - Pôle National des Arts du Cirque - Bourg St Andéol (07), Le CREAC - Pôle Cirque Méditérranée - Marseille (13), Théâtre des Quinconces - Vals les bains (07), La Turbul, fabrique circassienne - Nimes (30)

 

Durée 25 mn

  

 

21H - Concerts - La Centrifugeuse -  6 € / 8 € / 10€

 

Hyperculte (Genève)

minimalist transpop

Derrière Hyperculte se cachent Simone Aubert (Massicot) et Vincent Bertholet (Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp). La première tape sur sa batterie avec une précision millimétrée. Le second apprivoise sa contrebasse et la fait chanter en boucle. Tous deux ouvrent la bouche en litanies répétitives et inspirées. Le tout se mélange en une transe boule de feu, à la fois méditative et d’une énergie hors du commun.

 

Hyperculte touche du bout des poings l’urgence et l’audace de Liquid Liquid, les recherches d’Arthur Russell, la fougue décomplexée de Neu! et de Can, la pop barrée d’Areski et ce quelque chose impalpable et incantatoire venu des profondeurs du terreau de l’existence.

 

 

Drame (Tours)

electronic / jazz / rock

 

De près ou de loin, le mélomane a forcément un jour croisé la route de Rubin Steiner, insatiable musicien tourangeau qui, depuis la fin des années 90, n’a cessé de multiplier les projets. Il revient aux affaires avec Drame…

 

Eté 2014, dans une ancienne charpenterie transformée en laboratoire retiré, comme soustraits à l’espace-temps, cinq amis, venus faire de la musique, ont joué les apprentis alchimistes : la matière protéiforme qui a rempli une semaine durant la grande salle sans fenêtre est vite devenue incontrôlable, comme une épopée musicale à fort pouvoir cinématographique, comme une fabrique à histoires tantôt exaltantes et palpitantes, tantôt joyeuses et dansantes, tantôt étranges et inquiétantes. Du suspens, de la tension, de la joie, du danger et de l’amour, cette nouvelle aventure est placée sous le signe du krautrock, du disco, et de la techno.